À chacun son Défi

À chacun son défi

Jean-Camille LaffargueTraverser la méditerranée à la voile en solitaire

Jean-Camille Laffargue

 

«Un soir d’octobre 2004, les battements de mon cœur se désaccordent. La camarde me nargue: Je fais un infarctus sévère. Les médecins réussiront à me sauver et je serai implanté d’un défibrillateur. Depuis l’âge de douze ans je fais de la voile et lorsque mon cardiologue m’annonce qu’il n’est plus question pour moi de m’éloigner des côtes, de naviguer en solitaire, le monde s’écroule. Je ne le supporte pas et ne les écoute pas. Je veux encore voir mon feu de tête de mât jouer avec les étoiles, les dauphins flirter avec mon étrave. C’est décidé: j’irai défier la camarde, face à face, mais sur mon terrain: La mer! Après tout je ne suis jamais seul avec ma sentinelle de titane. Je ferais Hyères/Hammamet avec une seule escale en Sardaigne pour dormir au moins une nuit entière. Puis retour sur Hyères. J’avoue que ma sentinelle m’a plutôt réconforté par sa seule présence même si elle n’est jamais intervenue. Je l’ai gagné mon combat et laissé dans mon sillage la camarde. Ce défi m’a aidé à apprivoiser mon cœur. Nous avons enfin trouvé, lui et moi l’accord parfait, l’harmonie. Sarah s’est aussi lancé un beau défi. Je ne doute pas un seul instant de la réussite de son projet: elle a le courage, la volonté de vaincre qui l’aideront à se surpasser d’aller au delà d’elle-même et de réussir. Elle aura beaucoup de monde derrière elle. »

 

 

Mon défi à moiApprendre à faire de la planche à voile à un âge où certain arrête !

Joël ALLANO

 

Tout commence en 1995, en pratiquant le vélo, je m’aperçois que mon rythme cardiaque est irrégulier lorsque je fais un effort et le diagnostic est confirmé par un test d’effort.

Suivent les examens pour connaître l’origine du problème et déterminer le traitement le plus adapté.

Mais les troubles persistent et s’aggravent, la décision est prise de m’implanter un pacemaker, quelques jours d’hôpital et je sors avec un cœur tout neuf.

Mais le plus difficile à supporter est psychologique, me sentir dépendant d’un appareil électronique avec une écoute permanente du rythme cardiaque devient vite insupportable.

Je profite de la possibilité de partir en congé de fin d’activité pour m’installer en Bretagne Sud et je me lance à corps perdu dans la pratique d’une activité nautique assez intense, la planche à voile, pas évident mais à force de persévérance et de conseils d’amis, je progresse et rapidement, je me rend compte que ce que je considérais comme un handicap, me dope et j’en oublie mon appareillage.

Aujourd’hui, je navigue dès que les conditions me le permettent, c’est à dire entre cent et cent cinquante fois par an avec des tas de copains et il m’ arrive de naviguer avec Sarah soit en planche ou bien en Stand Up Paddle, activité que je pratique depuis quelques mois.

En résumé, ce problème cardiaque m’a permis d’apprécier chaque moment de la vie, les sports nautiques sont idéals pour se vider la tête, prendre confiance en soi, et arriver à se dépasser, une belle revanche sur la maladie.

Depuis, mon premier stimulateur à été remplacé en 2006, par l’équipe de cardiologie de l’hôpital Chubert de Vannes qui me suit depuis 2002.

 

 

BenRetrouver le plaisir de partir loin de chez soi à vélo

Benoît Tallec

« Après mon implantation, arrêté en plein élan dans ma vie de sportif de compétition (27 ème licence cette année là); je ne me reconnaissais plus incapable de m’éloigner de chez moi comme accroché par un fil d’Ariane d’angoisses.1 seul mail échangé avec Sarah et, petit à petit je reprenais le cours de ma vie, je pouvais me lancer ce nouveau « défi de vie », repartir sur les routes comme Sarah sur les océans.

J’ai réussi à repartir loin de chez moi sur mon vélo seul, sans angoisses et , Sarah n’y est pas étrangère.

Son défi c’est le mien, c’est le notre à tous. Son océan c’est ma route ! Merci Sarah, tu es importante pour nous. »

 

Si vous aussi vous vous êtes lancé un défi suite à votre implantation, envoyez moi à info@windsurf-transatlantic.com un petit texte accompagné d’une photo et je serai très heureuse de les publier sur mon site.
Parce qu’il n’y a pas petits défis et que leurs bénéfices sont toujours surprenants, continuons de réaliser nos rêves.